CAP 18 Se faire violence

24 octobre 2005 : Se faire violence /souffrir/raconter. Comment symboliser, raconter un événement qui échappe à toute représentation, comment raconter l’impensé, l’impensable, l’indéchiffrable ? Réflexion sur les liens entre la violence subie, la violence que le sujet s’inflige et la pulsion de mort. En quoi la psychanalyse peut-elle nous aider à « penser  » la question du mal et peut-elle aider le sujet qui en est victime ? Lecture de Jorge Semprun, L’écriture ou la vie.

Ce contenu a été publié dans Ateliers, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *