«De l’écoute et de l’écriture : quel lieu pour l’analyste ? »

Chapitre de Louise Grenier : De l’écoute et de l’écriture : quel lieu pour l’analyste ? p. 151-166 

CLINIQUES ET ÉCRITURES. L’Harmattan, 2012.

Sous la direction de Jean-François Chiantarettoet Hakima Magherbi
Cahiers de l’infantile

Je me demande comment s’effectue le passage de l’écoute de l’inconscient à l’écriture pour l’analyste, et ce que ces activités ont en commun. L’une et l’autre ont pour fonction d’explorer l’infantile et éventuellement d’en faire le récit, ce qui suppose un changement de lieu psychique. L’écoute analytique permet donc de revenir sur les lieux d’une absence, ou d’une faille, pour y entendre les voix de l’infantile alors que l’écriture la pose devant, soi, et hors de soi, pour un destinataire, toujours fictif, parfois idéal.

Ce contenu a été publié dans Chapitres de livres, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *