Changer de personnage ? Des passions nécessaires à l’être

ecritures-de-soi-ecritures-des-limites.jpg

En passant par l’art, la littérature et la clinique, je m’interroge sur les limites de l’écriture de soi et de l’analyse, sur ce qui résiste au discours. Il y a un reste, un irracontable, qui divise le sujet entre ce qu’il est devenu et ce qu’il ne peut plus être. Une part de soi ne cesse de disparaître du miroir, ou dans le regard de l’autre, ce dont les mots, les mots des autres parfois, gardent sinon le souvenir, la possibilité d’un souvenir. Comment transformer certaines identifications traumatiques en récits de soi ? Comment l’analyse peut-elle offrir la protection nécessaire à leur élaboration ?

Critique

 

Ce contenu a été publié dans Annonces, Chapitres de livres, Conférences, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *